Le lac Inlé – Un paradis à préserver

Après un trajet rock’n’roll, sur une route tortueuse souvent en terre battue, nous arrivons enfin sur le territoire du lac Inlé (en 7 h au lieu de 5 h). Petit passage par la case taxe d’entrée au Lac Inlé. Un check point, des jeunes montent à bord et nous demandent de payer (10$ par personne pour 5 jours). Nous sommes restés une semaine et personne n’a vérifié nos tickets à la sortie.

Après une nuit reposante dans un super hôtel pas cher qui a eu la gentillesse de nous surclasser, nous louons deux vélos pour explorer les lieux. Le Routard nous promettait une balade facile sur une route goudronnée, sympa et tout et tout… Mauvais vélo peut-être ou mauvais jour ? Mais autant dire que ce fut hard core!!!! Le goudron a laissé place à des trous profonds, on croise beaucoup de véhicules qui évitent ces fameux trous nous forçant à rouler sur la berne dangereuse. Jules se contorsionne pour ne pas toucher les roues du vélo et trouver une position qui ne lui fasse pas mal car le siège enfant est en fait une chaise pour enfant en plu qu’ils ont posé sur le porte-bagage. On trouvait l’idée rigolote et bien pensée, mais ça c’était avant d’embarquer. Jules hurle et pleure, du coup on décide de rebrousser chemin et on part se restaurer dans un petit restaurant indien où il trouvera tout de suite de nouveaux copains de jeu. Le moral est de nouveau au beau fixe.

Les moines au lever du soleil

Les enfants sont incroyables pour cela, ils peuvent crier et hurler 2 minutes avant, et être euphoriques juste après en ayant déjà oublié le mauvais moment.

La journée du lendemain va s’avérer être indubitablement la meilleure de tout le séjour, et de tout notre voyage en Birmanie.

 

Notre batelier

Au programme, balade sur un bateau privé sur les eaux du Lac Inlé. Après toutes nos aventures merveilleuses, difficile de trouver d’autres superlatifs pour décrire cette journée : Fabuleuse, sensationnelle, envoûtante, sans pareille, saisissante et vibrante. Nous y avons vécus des instants fantasmagoriques, magnétiques, ensorcelants, aux villages pittoresques improbables, aux sourires attendrissants et aux regards désarmants. Une claque visuelle, une découverte, non plutôt un spectacle du réel hors du temps ! (ah si en fait il y’a encore pleins de superlatifs)

Nous sommes partis tôt le matin pour le lever de soleil derrière les montagnes qui entourent le lac (immense soit-dit en passant). Grandiose ! Les pêcheurs locaux sont encore plus matinaux puisqu’ils s’affairent déjà à leur dur labeur.

 

Certains pêchent à l’aide de nasses, d’autres ramassent les algues qui tapissent les bas-fonds.

Ensuite le bateau ralentit lorsque nous pénétrons les jardins flottants. Les habitants cultivent des terres sur le lac. Prodigieux !

 

Puis nous poursuivons notre douce croisière en serpentant dans les canaux d’un village, flottant lui aussi.

Les édifices sont construits sur pilotis. Nous surprendrons des instants de vie, au détour d’un méandre. Chanceux !

Plus tard, nous poserons les pieds à terre, nous visiterons les temples d’In Dein, des marchés, un autre village, d’autres moments « volés »…Quelle journée de rêve !

    

Nous avons terminé ce voyage en eau douce, aux iliens précaires, par une table de mets locaux délicieux à Muang Thauk.

Nous sommes rentrés pleins, repus, emplis de magnifiques images, d’inoubliables regards et de salutations respectueuses pour des habitants qui vivent…autrement. Et c’était BON !

Changement d’état d’esprit pour la suite du séjour : Guillaume est à nouveau très malade et Jules aussi. Ils souffrent des mêmes symptômes que la dernière fois, mais en plus virulent (trois fois en deux semaines, ça devient inquiétant !). Fièvre, maux et nausée. Jules récupère plus vite que le père, qui lui mettra deux jours à se lever pour autre chose que l’aller retour aux toilettes. Nous décidons donc d’appeler l’ambassade qui nous recommande un médecin français basé dans une clinique internationale à Rangoon. Le docteur nous conseille un rapatriement rapide afin qu’il procède aux analyses nécessaires.

Changement de programme donc, on réserve un avion pour Rangoon.

Guillaume va bien mieux, mais il est préférable de savoir ce qu’il a (on craint quand même les maladies exotiques). Jules se coltine toujours une mauvaise turista, pauvre petit bout (ici ou ailleurs, on déteste voir notre fils malade).

Après une première auscultation le médecin se montre rassurant et nous explique que le pays souffre de graves problèmes sanitaires, se classant avant dernier devant le Bangladesh niveau hygiène en Asie !

Prise de sang, prélèvement de selles pour les deux garçons et examens complets pour nous trois.

Rapide (enfin on quand même passé trois jours dans notre petite chambre sans fenêtre), le centre d’analyse écarte les maladies dangereuses et confirme la présence d’un parasite dans les intestins des gars. Rien de grave à présent que l’organisme a lutté contre à plusieurs reprises. Il suffira de s’en débarrasser avant de rentrer. Bien s’hydrater et éviter les produits tels que le lait ou les oeufs, souvent contaminés par des bactéries qui prolifèrent vu les fortes chaleurs.

Ouf ! Ce qui est marrant dans cette mésaventure, c’est la rencontre avec le médecin français. L’homme est en fait originaire d’Annecy, sa meilleure amie était le médecin de Guillaume et ils sont venus à plusieurs reprises dans les établissements dans lesquels il a travaillé ! Le monde est petit et tellement amusant !

Nous avons tout simplement adoré la Birmanie, chaque jour nous avons été touché et ému par les Birmans, et émerveillés par la beauté de leur pays en plein éclosion mais comme le dit le proverbe : Chat échaudé…en l’occurence Guillaume échaudé a décidé qu’il était temps de changer d’atmosphère. Je le comprends ! C’est ça aussi le voyage, s’adapter aux besoins de chacun et changer les plans s’il le faut. Du coup direction Thaïlande, nous achetons le billet de matin à 9h30 et à 10h30 nous sommes dans le taxi pour l’aéroport.

Prochain article : Ayutthaya & Sukhotai

  • NOS COUPS DE COEUR : 

– Le lac Inlé avec ses jardines et villages flottants et les pagodes et temples In Dein, Maung Thauk

  • NOS BONS PLANS ET BONNES ADRESSES : 

– Notre cantine : Red Star Restaurant – 2 à 3 $ par personne, c’est un tout petit resto qui ne paie pas de mine, mais super bon, cuisine de famille et faite avec le  coeur

  • CÔTE BUDGET : 

– Gold star hôtel à Nyaung Shwe : 18 $ la nuit avec pd et deux lits doubles

– Notre cantine : Red Star Restaurant – 2 à 3 $ par personne

– Entrée Lac Inle : 10 $ par personne valable 5 jours

– Journée sur le lac inle : 14 $ pour nous trois avec Bright Snow Travel Service

  • LES PREMIERES DE JULES : 

– Première journée sur une barque et il a adoré !

LeMondeselonJules

Tour du Monde en famille avec notre fils Jules de 20 mois. Un voyage pour s'émerveiller et grandir ensemble autour du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *