Tam Coc & sa Baie d’Halong Terrestre

Nous arrivons à Tam Coc à 5h du matin avec le bus de nuit.

Nous avions contacté notre chambre d’hôtes la veille pour pouvoir prendre la chambre dès notre arrivée fort matinale.

Une fois devant le portail de notre guesthouse, tout est fermé, pas de lumière, aucun signe de vie. Nous toquons, essayons de faire un peu de bruit pour dire que nous sommes là mais pas trop quand même, histoire de ne pas réveiller les clients.

Dix minutes plus tard toujours personne. Et comme nous n’avons pas de téléphone utilisable, Guillaume part chercher un hôtel ouvert pour appeler notre hôte. Quelques minutes plus tard, elle nous ouvre ses portes. Youpi on va pouvoir finir notre nuit.

Nos hôtes Hue et Sen ont été super adorables avec nous. Ils ont passés tous les deux leur nuit derrière la réception pour nous attendre. Ils nous ont offert le petit-déjeuner et accueillis dès cinq heures et ce sans aucun supplément. Hue, la patronne, parle et comprend bien le français. Après avoir ramer au sens propre sur la rivière pour emmener les touristes sur sa barque durant vingt ans, elle a ensuite travaillé dans un hôtel avant de finalement ouvrir son propre établissement. Elle est charmante et dévouée ! Prête à rendre service et très souriante. Son mari, Sen, est plu réservé, mais tout aussi attentionné. Ce couple est très attachant, d’ailleurs Jules est devenu le grand copain de Sen. « Hue » veut dire « Lys » et « Sen » la « Montagne ». On peut dire qu’ils se sont admirablement bien trouvés ces deux-là ! La fleur et le roc. Le charme et la stabilité. La gaieté et la sérénité.

Petit café traditionnel

Pas de resto à Tam Coc, nous avons principalement mangé de la street food, des nouilles chinoises au chaud dans la chambre (car il faisait encore froid) et des viennoiseries locales. Guillaume est parti seul un soir pour nous trouver à manger. Il s’est éloigné du centre pour débusquer un mini marché local aux odeurs alléchantes. Etant donné que nous mangeons principalement végétarien, il a fallut qu’il se débrouille pour se faire comprendre car les vendeuses ne parlaient que le vietnamien : Pas de souci pour les fruits et les légumes, tu vois ce qui te plaît, tu marchandes un peu et tu achètes, facile ! Par contre pour les mets préparés comme les nems ou les samosas, là il faut parvenir à se faire comprendre. Comment demander si l’intérieur est fourré uniquement de légumes ou de viande ? Lorsque personne ne parle la même langue, il ne reste plus que le mime ou le bruitage et dans le cas présent les deux ! Guillaume s’est donc amusé à imiter les animaux afin d’être persuadé qu’ils ne composaient pas la garniture des nems. La vache, le cochon, le poulet, le mouton y sont passés et il a même ajouté le chien, pour plaisanter bien sûr. Hilarité générale devant ses facéties, bonne négociation puisqu’il a rapporter plusieurs gratuités, un repas sympa et pas cher. Guillaume a adoré cette immersion, bien loin des touristes.

Le lendemain nous décidons de louer des vélos pour visiter la Baie d’Halong terrestre avec notre chambre d’hôtes. Malheureusement après deux échecs cuisants (vélos pas adapté à Jules), Hue nous propose leur tout nouveau super scooter (Guillaume l’a surnommé Bumblebee à cause de ses couleurs jaunes et noir) au prix des vélos. Une offre que nous ne pouvions qu’accepter, malgré le froid. Nous aimons ce moyen de locomotion qui nous donne une totale liberté.

LES MOMENTS FORTS DE NOTRE SEJOUR à TAM COC

Mua Caves pour prendre de la hauteur :

   

Nous grimpons les Mua Caves par un escalier taillé dans la falaise. Il est grand, imposant, avec ses 500 marches inégales, car parfois il faut vraiment lever la jambe pour emprunter la suivante (ils ont même installés des demies marches à certains endroits tellement l’écart est important).

Une ascension difficile surtout pour Guillaume avec le sac à dos et p’tit Jules sur les épaules (il a eu très envie de grimper seul mais 500 marches ça fait beaucoup). La grimpette nous a donc bien essoufflé mais le jeu en valait la chandelle ! Une fois au sommet, on découvre une vue splendide qui donne sur les deux versants.

D’un coté la baie avec de grandes étendues de rizières et la ville au loin, de l’autre la fameuse baie terrestre composée de nombreuses formations karstiques découpées par les rivières. Malgré le fait que les rizières ne tapissent pas encore le sol de vert (le riz n’était pas encore replanté) et que le ciel nous offre une voile blanc sur la vallée, la vue est sublime et ses formations rocheuses impressionnantes.

Elles se suivent et s’entremêlent jusqu’à l’horizon, c’est beau et majestueux. Là, on s’est sentit chanceux de profiter de cette magnificence ! On comprend aisément en de tels lieux que nos ancêtres aient vénéré ces montagnes au point d’y construire des temples et des autels en leurs sommets. Là-haut, on tutoie le divin !

 

Bai Dinh et la démesure :

Notre hôte nous a conseillé d’aller voir cet immense construction neuve, composée de temples immenses, de pagodes à l’influence chinoise très marquée qui s’élèvent haut dans le ciel, de cloches imposantes et de Buddhas scintillants. L’entrée étant gratuite, nous avons décidé d’aller nous faire notre propre avis. Arrivés là-bas il y a des petites navettes toutes mignonnes pour vous emmener en haut de la colinne. Dès que Jules les a vu, il n’avait plus qu’une idée en tête, faire un tour de navette. Heureux de pouvoir lui faire plaisir, nous avons donc pris la petite navette pour rentrer dans le temple et retour à pieds. Premières impressions : Ouahhh c’est énorme et tout dans la démesure.

Les batisses sont très belles et impressionnantes mais tout cela manque cruellement d’âme, de spiritualité. Pour nous, même si nous reconnaissons la prouesse technique (dix ans de travaux acharnés) nous n’avons rien ressenti en visitant ces lieux. Peut-être que dans plusieurs siècles, lorsqu’il aura vécu, l’histoire aura donné au lieu une aura différente. Malgré cela nous avons tout de même passé un agréable moment et avons encore fait une super balade en scooter au milieu des formations karstiques.

L’île aux oiseaux :

Pour notre dernier jour, nous avons voulu visiter un autre lieu. L’île aux oiseaux semblait d’après les photos être un havre de paix et de nature pour les oiseaux, un lieu naturel magnifique. On se laisse alors tenter. Encore une fois, le trajet en moto pour nous y rendre était incroyablement joli.

Une fois sur place, on allège notre porte-monnaie avant de rentrer, puis on paie encore un peu pour garer le scoot et on découvre un site fabriqué, pas du tout naturel, des constructions en cours de partout, des hôtels, des petits magasins de souvenirs, une fausse rizière à étage en construction, plus loin un panneau indique le chemin pour se rendre au pied d’un arbre millénaire…Déception ! Nous sommes clairement mécontents, comme trompés, malgré le fait que le site en lui-même soit très joli, il sonne faux. Pas d’âme ici, pas d’émotions. Nous nous baladons sur les chemins fraichement pavés (en oubliant le bruit des pelleteuses et autres disqueuses) entre jardins et vieux bonzais.

Peut-être devenons-nous difficiles ? En tout cas ici pas d’authenticité. On sent bien que le pays cherche à développer le tourisme, mais peut-être un peu trop. Le constat est sans appel pour nous, les lieux que nous avons préférés étaient ceux qui étaient gratuits, et n’y voyez pas de radinerie, c’est juste notre coeur qui a choisi ! Pourquoi construire des « parcs d’attractions » alors que le pays regorge de splendeurs naturelles (si ce n’est pour générer des bénéfices). D’ailleurs, nous n’avons vu que quelques oiseaux de loin, pas vraiment ce à quoi on pouvait s’attendre au vu du nom choisi ! Du coup on passe vite notre chemin pour profiter de notre fin de journée et retourner nous balader au milieu de notre énorme coup de cœur : La Baie d’Along Terrestre – un autre paradis sur terre (autre car ceux qui nous lisent régulièrement savent que nous avons arpenté de nombreux édens terrestres !).

NOTRE GROS COUP DE COEUR – LA BAIE D’Halong à pied depuis Tam Coc :

Nous l’avons d’abord découvert en scoot, puis à pied. Il est très facile de la découvrir depuis le village de Tam Coc, à quelques mètres de notre guesthouse un petit chemin mène au milieu des rizières et des formations karstiques. Peu de touristes à cette saison, juste la nature dans son plus simple appareil, vêtue de vert.

Il se dégage une véritable sérénité, on se sent apaisé ici et en harmonie avec la nature. On aime cela ! Peu de bruit, peu de monde et un paysage somptueux, aussi beau que dans nos rêves. Et même si les rizières à cette saison ressemblent à des grandes flaques de boues, nous sommes sous le charme et passons plusieurs heures à marcher entre montagnes et rizières et campagne.

Le coucher de soleil est tout simplement magique ici, et d’autant plus mémorable quand nous avons la chance d’observer ces hommes et femmes qui viennent juste avant que le soleil se couche pour prendre soin de leur rizière et commencer à semer.

Il s’agit clairement d’un incontournable pour nous. Et à la belle saison, on peut largement passer une semaine dans cette région et aller explorer Van Long, la petite Baie d’Halong terrestre.

NOS BELLES RENCONTRES :

Nos hôtes bien sûr, gentils, serviables et très amicaux. Et puis on rencontre aussi quelques fois des familles globe-trotteuses comme nous, avec un petit bout de chou de moins de 2 ans Noor. Une jolie rencontre même si elle fut rapide, nous avons été très heureux de pouvoir échanger sur le voyage avec bébé, nos coups cœur, ce qui nous a motivé à faire ce voyage. Au fur et à mesure que les mots défilent, nous nous rendons compte de nos nombreux points communs. Alors qu’on leur explique que notre prochaine étape sera Cat Ba et peut-être la Baie d’Halong si nous trouvons des bons plans, on se rend compte que nous conversions déjà ensemble la veille sur un groupe de voyageurs Fb. Que le monde est petit !

Ils nous confient avoir été déçus par la Baie d’Halong, enfin surtout de l’excursion bateau en elle-même. Ils ont entendu parlé de la Baie de Lah An depuis Cat Ba qui ressemblerait comme 2 gouttes d’eau à sa grande sœur et pour seulement quelques dollars. Yes ! Nous leur faisons part de notre balade coup de cœur à Tam Coc. Puis nous nous quittons dans l’espoir de se retrouver très bientôt dans notre voyage.

La Petite Noor et Jules ont pu jouer ensemble, Jules lui a montré ses nouveaux jouets. Encore une copine de plus pour Jules.

Pourquoi nous n’avons pas fait la balade en barque ?

Nous nous sommes rendus compte qu’à pied nous pouvions quasi faire le même chemin qu’en bateau et bien loin de la sensation « d’attrape-touristes ». En bateau nous aurions pu accéder aux grottes de Tam Coc, mais nous n’en rêvions pas donc nous ne l’avons pas fait. D’autre part, il faisait globalement froid et plusieurs personnes l’ayant fait nous ont déconseillé de le faire avec un bébé car ils ont greloté. Pour nous aucun regret, nous avons adoré découvrir cette baie terrestre par nos propres moyens, surtout au fil de nos marches, presque par hasard la première fois, au feeling. Et le prix de l’excursion en barque depuis Tam Coc est exagérée, selon nous, pour le pays. Par contre il paraît que la balade à bateau à Van Long est magnifique et est 3 fois moins chère.

Bref, cette immersion dans la baie d’Halong terrestre restera à tout jamais un des meilleurs souvenirs de notre aventure. Les habitants on été extrêmement accueillants et sympathiques. Le décor est somptueux. L’ambiance apaisante. Définitivement un incontournable du Vietnam.

Prochain article : Cat Ba et le petite Baie d’Halong

  • Nos Coups de cœur :

– Toute la Baie d’Halong Terrestre

– Les balades autour de Tam Coc

– La vue depuis les Mua Caves

– Bons plans, adresses et infos :

– La balade à pied depuis Tam Coc juste après Lys Homestay

 

  • Côté budget :

– Hébergement : 23 $ chb dbl avec petit-déjeuner (et chauffage) sdb privée au Lys Homestay

– Entrée Mua cave : 4,5$ /personne.

– Scooter : 6 $  avec essence

– Lessive : 4 $ les 3 kg

– Bus et bateau Tam Coc – Cat Ba : 13 $/ personne (gratuit pour Jules)

 

  • Bons plans  Famille : 

– Faire les courses : Pour les familles qui ont besoin d’acheter des couches ou du lait, ou tout simplement ceux qui veulent faire leurs courses au prix local. Il y a un très grand centre commercial et super marché appelé Big G direction Ninh Binh (il faut être véhiculé). Cela nous a permis de faire nos courses pour Jules et pour tous nos repas au lieu d’aller au restaurant.

 

 

LeMondeselonJules

Tour du Monde en famille avec notre fils Jules de 20 mois. Un voyage pour s'émerveiller et grandir ensemble autour du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *