Kampot et le Sud du Cambodge

Après Battambang, nous retournons à Phnom Penh récupérer la moitié de nos bagages, notre carte bleue qui avait été avalée par l’ATM, et organiser la suite de notre séjour. Le trajet en mini van s’est bien passé, plus long que prévu (quelle surprise) et moins confortable qu’annoncé…Mais bon ça ne nous dérange plus ! Jules un peu patraque a dormi une grosse partie du voyage, tant mieux.

Deux jours plus tard, nous décidons donc d’aller à Sihanoukville, voir les belles plages du sud. Un bus de 4h et un tuk-tuk plus tard, nous arrivons à Sihanoukville, puis la plage d’Otres 2 : Le NO Man’s Land. On se demande où on est tombé…les routes sont trouées et très poussiéreuses, les déchets de nourritures et les détritus s’amoncelles dans les faussés, les rues sont quasiment désertes…

On se dit que l’on a bien fait de ne réserver qu’une nuit.

Nous allons tout de même jeter un coup d’oeil à la plage et là belle surprise, sable blanc, cocotier et eau cristalline. Le seul hic, la saleté, des déchets sur le sable et dans l’eau. On se baigne au milieu de sacs et cuillères en plastiques. Nous sommes un peu mitigés. Nous décidons de rester pour profiter du coucher de soleil et là, la magie opère.

Le soleil se donne en spectacle, nous sommes contemplatifs et émerveillés face à toutes ces couleurs.

Nous sommes heureux d’avoir pu nous baigner, nous détendre au bord de l’eau, Jules s’est éclaté dans le sable et nous sommes reconnaissants pour ce magnifique couché de soleil. Mais tout cela ne nous convainc pas de passer une nuit de plus ici. (Le village où nous résidons est en développement, il y a surtout une route avec des restos tout le long et des guesthouses. Le reste est pour le moment inconstructible, donc un peu à l’abandon. La plage d’Otres 1 quant-à-elle est plus touristique, avec de nombreux bars les pieds dans l’eau et des chaises longues payantes.)

Nous partons donc dès le lendemain pour la ville de Kampot. Voyage en mini-van, cette fois beaucoup moins confortable, sans climatisation, à 16 avec le chauffeur ! Ce fut folklorique !  Nous arrivons tout de même à bon port, malgré les quelques frayeurs, les odeurs en tout genre et les bouffées de chaleurs.

Célèbre pour son poivre de renommée internationale, sa rivière, ses marais salants et sa campagne, nous tombons sous le charme de cette petite ville. Calme et paisible. Il règne à Kampot une ambiance de village. La balade le long de la rivière  est très agréable, et ce malgré l’enfilade de pizzerias pour touristes qui dénote un peu.

Nous nous sentons bien ici. Tellement bien que nous décidons de rester 5 jours (notre hôtel est très très bon marché).

Nous commençons à trouver notre rythme de voyage en Asie et aimons rester au moins 4 nuits au même endroit, voire plus, et Jules aussi. Cela nous laisse le temps de prendre nos marques, de connaître un peu mieux les gens, trouver notre petite épicerie pour les boissons de Jules, notre resto préféré et rayonner dans la campagne autour.

Jules ayant été malade à son tour ces derniers jours et mangeant peu, nous décidons de céder aux sirènes italiennes des pizzas de Max. Jules est un fan absolu. Et on doit bien l’avouer nous aussi nous nous sommes régalés. Même si nous avons pour habitude de manger local de temps en temps une petite sortie de route fait le plus grand bien. Cerise sur le gâteau, elles sont délicieuses, faites maison par un italien installé à Kampot. Nous remarquons qu’il y a énormément d’étrangers qui se sont installés ici et qui ont monté leur affaire.

Sûrement dû aux succès des pizzas des occidentaux, quasi tous les restaurants khmers au bord de la rivière proposent des pizzas, burgers et tacos. Les cartes à rallonge et les photos des plats font un peu flipper.

Cela ne nous empêchera pas de goûter d’excellents currys végétariens, des soupes et des nouilles délicieuses. Comme à notre habitude, nous y allons au feeling, surtout si l’endroit est plébiscité par les locaux.

Après une journée farniente culinaire, le lendemain, nous nous baladons un peu dans la ville. Pas grand chose à voir (d’ailleurs j’ai même oublié de faire des photos).

Nous décidons donc de faire la petite croisière sur la rivière pour le coucher de soleil et lucioles à la nuit tombée. Nous choisissons au hasard : Jasmine Boat pour cette excursion. 5 $ par personne avec une bière offerte et toujours gratuit pour Jules.

Le bateau se remplit et nous nous apercevons que nous sommes les seuls touristes sur le bateau. Tant mieux ! (C’est marrant car les quelques autres bateaux qui nous ont ensuite suivi étaient quant-à-eux chargés à ras-bord de touristes ! Merci l’univers !) Les Cambodgiens sont toujours aussi souriants et bienveillants avec notre petit Jules. Pendant que nous admirons le coucher de soleil, Jules se fait de nouveaux copains. Rapidement adopté, il s’installera même à la table d’à côté !

Les locaux emmènent leurs enfants sur ce bateau pour admirer le spectacle des lucioles. Ils apportent à manger et à boire dans leurs glacières, sans oublier des petites enceintes pour la musique et ainsi mettre l’ambiance ! Jules a pu monter ses talents de danseur, très vite accompagné de ses nouveaux amis.

Un apéritif très sympa donc, à quai afin d’observer le coucher de soleil. Magnifique ! Nous avons aussi pu voir le retour des pêcheurs, amusant puisqu’ils se suivent tous en file indienne !

Nous partons ensuite pour la croisière à proprement dite et là Guillaume me dit : « Nous allons surement partir vers la gauche car à droite il y a un pont très très bas, nous ne pouvons pas passer. »

Erreur ! Nous sommes partis par la droite, direction le pont ! Un passage épique où l’équipage nous indique (en mime) qu’ils faut se coucher pour ne pas se cogner sous les ponts ! Trop drôle ! Et effectivement, il faut vraiment se coucher, car les rambardes du bateau passent tout juste ! Hallucinant !

Après avoir serpenté le long des méandres, nous ralentissons et approchons un bras de rivière très arboré. Le coin à luciole ! Lorsque le bateau a coupé ses phares, nous avons pu apercevoir les premiers scintillements. Puis comme une guirlande de noël qui se met doucement en chauffe, l’arbre s’est ensuite illuminé ! Joli spectacle.

Une croisière de deux heures qui nous a permis de découvrir la vie autour de la rivière, de voir la campagne aux alentours, de passer un moment réjouissant et encore une fois authentique.

Jules s’est amusé et nous, nous nous sommes émerveillés et détendus, bercés par les eaux tranquilles du Stung Sanke.

Les deux journées suivantes nous avons décidé de louer un scooter. Une première pour nous avec Jules. Guillaume se rappelle en avoir conduit un quelques minutes à l’adolescence mais c’est tout. Nous trouvons un casque pour Jules ouf, nous voilà un peu rassuré.

Guillaume se lance et tout roule. Jules est comme un dingue, il adore ça.

Et le plus fou, il s’endort même au bout de quelques minutes de route !  Même le chemin boueux et troué (comprenez des nids de poules, des ornières et des cratères énormes) pour aller à « La Plantation » ne le réveille pas.

La visite de la Plantation de poivre est intéressante. Celle que nous avons visitée est tenue (et créée) par un couple franco-belge. Ils emploies jusqu’à 200 personnes pour planter, prendre soin, récolter à la main grain par grain et  transformer le fameux poivre de Kampot.

Ils exportent leur production qui se retrouve sur les plus belles tables du monde.

 

La visite est gratuite. Nous décidons de déjeuner sur place pour goûter ce poivre et participer un peu au développement économique et durable de cette plantation.

De nouveau sur la route, Jules s’endort entre nous deux sur la selle du scooter. Nous faisons un tour dans les villages alentours en passant par les salines.

En revenant, nous tombons sur un bar avec une terrasse en pilotis face à la nature et à la vie sur la rivière.

Un moment splendide avec petit verre au bord de l’eau pour le coucher du soleil.

C’est le plus beau que nous ayons vu au Cambodge. Encore un expat qui tient ce petit bar resto le New Rusty KeyHole. Un géant Néo Zélandais à la gouaille très sympathique.

Le lendemain, nous décidons d’aller nous baigner à Kep, réputée pour ses crabes au poivre. Nous avons bien envie de faire un petit plouf avec cette chaleur étouffante.

Jules se régale avec la balade en scooter. Nous sommes ravis de cette expérience et une chose est sûre nous allons relouer des scooters dès que cela nous semblera possible. La route pour Kep est une double voie déserte, immense et incongrue ! Très étonnant de voir un tel axe au milieu de rien, avec très peu de circulation… (ça sent clairement la corruption). Une fois arrivés à la plage, pas de grands whaous, des déchets ici et là. Une dame qui fait pipi sur la plage et nous montre son derrière. Mais on ne se décourage pas, on est bien décidé à aller se rafraichir un coup. Nous passons encore un super moment tous les trois dans l’eau à essayer d’apprendre à Jules à nager, à barboter et profiter du soleil. Après cette petite escapade balnéaire, nous décidons de rentrer à Kampot, car Kep ne nous donne pas envie d’y rester plus longtemps.

 

C’est l’heure de la sieste pour Jules. Nous essayons de respecter au maximum son rythme et faire attention à ses coups de fatigue avec les grosses chaleurs (37°C ressentis)

Le soir, nous repartons nous balader dans la campagne aux alentours et décidons ensuite de retourner voir le coucher de soleil chez notre pote kiwi.

Après avoir découvert une très bonne adresse pour manger viet à pas cher, tenue par un couple très gentil, nous allons nous coucher, épuisés de cette bonne journée. Mais pas facile de trouver le sommeil car un bar voisin organise une soirée casserole, enfin karaoké, très bruyante ! Authentique, donc on aime !

Cette ville, bien que touristique est très agréable à vivre ! Joli avec ses maisons au style colonial. Nous y avons découvert de belles tables, notamment l’Epic Arts Café, tenus par une association de sourds et malentendants, qui propose de bonnes pâtisseries et quelques plats sympas pour le déjeuner. En plus il y a des jeux pour occuper Jules et l’endroit est calme et serein ! (bah oui ils sont sourds donc ils ne parlent pas !).

Bref, une bien belle étape pour terminer notre séjour au Cambodge.

E-visas en poche, nous partons le lendemain pour Phu Quoc, une île vietnamienne. Nous appréhendons un peu le passage en douane car la personne qui nous a vendu les billets de bus et de bateau nous a fait peur sur la possibilité d’être refoulé si on ne passe pas par eux pour obtenir un visa…(sans doute une arnaque car facturé cher et inutile puisque nous sommes passés sans problème !)

Prochain article, la frontière Cambodge-Vietnam, L’île de Phu Quoc et l’anniversaire de Jules.

 

  • Les premières fois de Jules :

– Premières balades en scooter

– Première plantation de poivre

  • Nos coups de Coeur :

–  La Plantation de Poivre

– Les balades en scooter dans la campagne

– La croisière sur la rivière pour admirer le coucher de soleil et voir les lucioles avec Jasmine Boat

  • Côté budget :

– Hébergement :  10 $ la nuit au Borey Vatanac Guesthouse

– Repas :  2,5 $ à 7 $ par personne

–  Location scooter : entre 4 à 5 $ rajoutez 1 à 3$ pour l’essence

– Trajets : Phnom Penh – Sihanoukville : 11 $

Sihanoukville – Kampot : 5 $

– La croisière sur la rivière : 5 $ par personne avec une bière

 

  • Bons plans, infos et bonnes adresses :

– Loueur de Scooter sérieux : Sean Ly

– Les pizzas de l’italien Max’s Bar

– Le restaurant khmer Kampot Old Bridge Kitchen

– Les petits-déjeuners chez Kampot Pie and Ice cream Palace

– L’Epic Arts Café qui emploie des personnes sourdes et muettes et finance de jolis projets.

– « La Plantation » créée par un couple franco-belge, on vous fait déguster tous les poivres et visiter les plantations avec de nombreuses explications. A la fin vous pouvez soit acheter du poivre de Kampot soit manger dans leur restaurant pour financer ce beau projet.

 

LeMondeselonJules

Tour du Monde en famille avec notre fils Jules de 20 mois. Un voyage pour s'émerveiller et grandir ensemble autour du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *