Phnom Penh, nos premiers pas au Cambodge

Nos 15 heures de vols pour faire Auckland – Phnom Penh se sont super bien passées . Nous avons encore eu un siège gratuit pour Jules et il a été adorable.
Avant notre départ cela nous semblait un sacré challenge de faire 15 h de vol avec un petit bout et là encore nous avons été agréablement surpris.
Dernier vol gratuit pour notre petit Loulou qui aura bientôt 2 ans le 12 janvier. Le transfert à l’aéroport de Hong Kong, escortés par une hôtesse chinoise très professionnelle nous a tellement simplifié la chose ! Merci, car il a fallut prendre un train, un bus, un passage en douane et un passage supplémentaire pour nous délivrer des billets…tout ça en moins d’une heure !
En arrivant à l’aéroport notre tuk tuk nous attendait. Jules qui dormait avant l’arrivée n’a pas mis longtemps à sortir de sa torpeur, tant cette ville grouille d’activités en tous genres. Un fourmillement incroyable. Une circulation hallucinante ! A gauche des voitures, des bus et des camions nous doublent, ils passent parfois à quelques centimètres de notre véhicule ouvert de toute part. A droite des scooters bricolés et des motos supportants péniblement toute la famille nous frôlent. Le côté de la chaussée n’est plus goudronné, des trous impressionnants se sont même formés, donc tous ceux qui passent par là sont bien brinquebalés ! Sur les deux voies tracées au sol, quatre sont utilisées ! Un méli mélo improbable et pourtant ça passe ! Sur les trottoirs, pas de piétons. Juste des vendeurs, avec leurs produits en tous genres, plus ou moins bien achalandés. Des voitures garées n’importe comment et des petits resto de rue. Les piétons eux empruntent un petit chemin sur le bas côté (il faut être très attentif au reste de la circulation). On souhaitait du dépaysement, là on peut dire qu’on est servi !

La ville se découvre petit à petit, et c’est beau à voir. Il y a de la vie, partout ! Machines, humains, animaux, tout le monde se mélange. Les odeurs se confondent, épices, viandes grillées et pestilence se mêlent. Nos sens sont en ébullition, sans cesse sollicités. Des décorations lumineuses, un concert de klaxons, des bruits de moteurs. Une cacophonie incroyable ! Exactement ce qu’il nous fallait !
On a adoré ce changement radical d’ambiance et le dépaysement total à peine arrivés. 

Le tuktuk nous dépose enfin à notre guesthouse, située dans une rue très animée le soir (beaucoup de jeunes femmes en terrasse si vous voyez ce que je veux dire). Très bon accueil et chambre impeccable. Gros dodo bienvenu ! Les changements de pays sont décidément toujours sportifs.

On nous avait dit que voyager en Asie avec un enfant c’était génial et très différent. Et après seulement 24 h sur place, on confirme !


Hommes et femmes viennent lui faire des bisous, des câlins, viennent nous le prendre des bras, certaines femmes crient de joie en le voyant. Jules ne comprend pas bien ce qu’il se passe mais il joue le jeu et est content de cette interaction.


Nous de notre côté nous sommes vraiment heureux de pouvoir échanger des regards, des sourires et entamer des discussions avec des locaux. En une journée au Cambodge nous avons parlé avec plus de personnes qu’en un mois et une semaine en Nouvelle Zélande.
Après 3 mois au contact de la nature, nous sommes prêts pour cette immersion culturelle et curieux d’en apprendre plus sur ce peuple et sur ce magnifique pays.
Pour notre première journée à Phnom Penh, nous découvrons la ville à pieds et allons à l’institut français pour acheter nos guides du routard. Une première balade qui nous mène à notre première découverte culinaire majeure : Le Amok, poissons ou poulet cuits à basse température dans du lait de coco avec plusieurs épices servis dans une feuille de bananier et accompagné de riz. Tout simplement divin ! Mention spéciale également à l’autre plat traditionnel du pays, le Lok Lak : Du poulet, du riz, un oeuf sur le plat et une sauce exceptionnelle au poivre et jus de citron. Le fameux poivre de la ville de Kampot, réputé pour sa finesse et son arôme parfumé.
Nous avons tellement été pris par la découverte de cette ville que nous avons oublié de faire des photos de la première journée.
Mais promis on se rattrape aujourd’hui.


Au programme visite du palais royal et de la pagode d’argent.

Le jardinier du Palais Royal

 

Deux bâtiments sublimes, véritable témoignage du savoir faire khmer. Une partie du palais est fermé au public, à l’instar de Buckingham, le roi y vit !

Nous sommes arrivés dès l’ouverture, afin d’éviter le flots de touristes. Tant mieux d’ailleurs, car une heure après, nous étions totalement submergés par une horde en furie de touristes sans scrupules ! Tout du moins sans respect, ni politesse !

Nous avons aussi découvert la passion des Chinoises pour les selfies avec notre petit Jules, même quand celui-ci n’en a pas du tout envie et se cache dans sa couverture.

Non loin du palais, nous avons aussi découvert un très grand parc de jeux pour enfants. Enfin c’est Jules qui l’a aperçu le premier. Nous y sommes finalement passés tous les jours, car ça lui fait du bien de se défouler et de s’amuser. En plus cela nous permet de rencontrer d’autres enfants et leurs parents et même des super-héros.

Nous avons passés quatre jours dans cette capitale, le temps pour nous de déambuler à volonté dans les dédales de rues animées (et un peu crasseuses), hors des grands axes et quartiers plus aseptisés. Une belle plongée au cœur de la vie du citadin cambodgien.

Nous avons découvert le quartier des affaires avec ses magnifiques bâtiments flambant neufs :

Des bâtiments coloniaux plus ou moins jeunes :

La vie de la rue, ses métiers, ses rituels, sa street food :

Scène de vie sur les quais
Les coiffeurs de Phnom Penh

Puis nous sommes allés visiter le Wat Phnom, qu’ils aiment comparer au Sacré Coeur (pas compris) :

   

On a même vu le Père Noël et tous ses potes :

Et enfin des bouddhas, en veux-tu en voilà. Ca tombe bien, on adore ça!

 

En fin de journée, nous avons apprécié nous balader sur les Quais Sisowath, où l’on découvre une vie plus locale. Des enfants donnant à manger aux pigeons, des vieilles dames faisant du sport ou de la danse en groupe, des familles mangeant par terre dans la rue, des bébés qui boivent leur biberon allongés sur le bitume.

 

Au total nous avons passé 6 nuits à Phnom Penh et nous avons été surpris en bien par cette capitale. Deux à trois jours sont suffisants pour voir le plus beau.

Prochain article : la traversée sur le lac Tonlé Sap

Les premières de Jules :

  • Premier tuk-tuk et il a adoré
  • Première street-food et il a goûté à tout
  • Premiers temples et il a voulu toucher à tout

Nos coups de Coeur :

  • Le Amok au poisson
  • Le Lok lak de poulet avec sa sauce au citron et poivre de Kampot

Côté budget :

  • 20 $ la chambre avec grand lit double, salle de bain privative et fenêtre à Europe Guesthouse
  • Entre 3 et 4$ un plat dans un resto
  • De 1 à 3 $ le tuk-tuk dans le centre ville
  • Street Food à partir de 0,50 $
  • Paquet de couches (44) : 8 $
  • Boissons au lait pour Jules : 2$ le litre
  • Entrée Palais Royal et pagode d’Argent : 10 $
  • Entrée au Wat Phnom : 1$

Bons plans et infos :

  • On the good corner : où nous avons mangé le meilleur Amok de notre séjour pour 3,90 $
  • Visiter Phnom Penh à pied : ça permet de découvrir des scènes de vie sympas, des endroits inattendus et d’économiser les tuk-tuks.

PLUS DE PHOTOS SUR NOTRE PAGE FACEBOOK : @lemondeselonjules

 

LeMondeselonJules

Tour du Monde en famille avec notre fils Jules de 20 mois. Un voyage pour s'émerveiller et grandir ensemble autour du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *