Notre énorme COUP de COEUR : Abel Tasman et Golden Bay

Maintenant que Guillaume a pris ses marques avec la conduite à gauche, que nous sommes bien remis du décalage horaire et de nos dernières aventures, c’est parti pour une longue route…très très longue route, mais belle…mais longue.


On voit de nombreux panneaux où il est écrit : « Les routes de Nouvelle Zélande ne sont pas comme les autres ». On a vite compris pourquoi !
Tout d’abord la route kaikoura – Picton étant fermée nous devons passer par le centre de ‘île via Hanmer Springs et Murchison. Un trajet bien plus long. Nous décidons de faire une pause à Hanmer Springs, station thermale notée comme un « must do ». Plusieurs français, ici pour une année, nous ont dit que c’était cher pour ce que c’était et qu’il n’y avait pas grand chose à voir. Mais comme nous avons déjà plusieurs heures dans les roues et que nos ventres gargouilles, nous décidons tout de même de faire notre pause déjeuner ici.


C’est aussi ça le van, s’arrêter quand on a faim, se garer et préparer sa petite tambouille chaude, bien à l’abri. La ville ne possède pas d’attrait culturel ou architectural. Il s’agit d’une station Touristique avec un spa aux eaux thermales. L’entrée est payante bien sûr et les massages et soins dispendieux ! Nous décidons donc de poursuivre notre route direction Abel Tasman. Cette côte est considérée comme la plus belle de toute île du sud.
Nous pensions arriver le soir même là bas mais c’était sans compter sur les haltes incessantes dues aux très nombreux travaux, aux routes sinueuses et montagneuses, parfois très étroites, surtout avec un camion comme le nôtre. Le trajet dure longtemps donc, mais les paysages sont époustouflants. Les routes sont chaotiques mais le roadtrip vaut tellement le coup.
Un conseil = En Nouvelle Zélande, n’écoutez pas votre gps car c’est un éternel optimiste. Quand il vous annonce 2 h comptez 3 h et quand il vous dit 5h30…comptez 8h.
Nous passerons donc la journée les fesses collées à nos sièges et les yeux émerveillés par tant de beauté.
Autre panneau Néo Zélandais : « Regardez la route pas le paysage. » Un conseil si difficile à suivre ! Les panoramas sont tellement incroyables que tes yeux ont une envie irrépressibles de les contempler même quand tu es au volant. Chaque virage ouvre sur un nouveau tableau, les montagnes se succèdent, toutes plus jolies les unes que les autres, puis un lac, puis une rivière, puis encore d’autres montagnes aux sommets enneigés cette fois…sublime !!! Et des moutons…à perte de vue ! (Ne surtout pas essayer de les compter, sommeil garantit étant donné qu’il y plusieurs centaines de millions d’ovidés sur le territoire ).
Le temps finit par se couvrir, la pluie tombe et le soleil va finalement se coucher. Là le voyage devient moins sympa, surtout que nos essuies glaces se contentent de repousser un peu plus loin l’eau !
Nous sommes encore à 1h30 de Nelson où les campings gratuits sont en fait de simples parkings de centres commerciaux (pas très sexy hein ?).
Je cherche un lieu gratuit pour dormir sur l’appli campermate, quelques minutes plus tard nous posons notre maison roulante entre route et rivière, sous les arbres. Un coin un peu caché, sympa.
Heureux de nous poser, de partager un repas ensemble et de papoter avec nos voisins français (on est partout !) qui viennent de passer un an entre la Nouvelle Calédonie et la Nouvelle Zélande (encore de précieux conseils avisés, merci).

Le lendemain, nous faisons un stop à Richemond, juste avant Nelson, pour faire nos courses au Pak’n’save et essayer de trouver une petite connexion wifi ( Qui n’est pas des plus fiables dans ce pays).
Puis pour le déjeuner, nous testons ce qui deviendra le super bon plan malfbouffe de la Nouvelle Zélande, tuyaux donnés par nos amis slovaques :
Les pizzas à 5$ de Pizza Hut et Dominos.
Ici, le moindre resto même fast-food coûte vite 30$ pour 2. Ici pour 10$ on peut manger deux pizzas pour nous et Jules.
On doit bien avouer que ça change des pâtes et de nos salades 🙂

Sur les conseils de Neo Zelandais : « Il fait toujours beau quelque part, il suffit de suivre le soleil. »
On vérifie donc la météo et il fait un temps sublime à Abel Tasman.
On file donc direct à la plage.
Direction Motueka, juste avant Abel Tasman, où l’on trouve des campings gratuits ou à petits prix.
Comme nous arrivons assez tôt, nous avons le droit à un emplacement de rêve, une vue Cinq étoiles avec océan en toile de fond.


C’est décidé on ne bouge plus jusqu’à demain, on se pose, on fait notre lessive, on se balade avec le doux bruit des vagues, on ramasse de magnifiques coquillages.

On passe un moment inoubliable en famille, simple et heureux comme on aime.


Le jour suivant, nous allons préparer notre randonnée et voir les prix des bateaux taxis pour le parc d’Abel Tasman.
Ce parc national est uniquement accessible à pied ou en bateau.
Nous décidons donc de faire l’aller en bateau depuis Marahau et d’aller jusqu’à Torrent Bay (30 min de bateau et 37$ par personne- gratuit pour Jules) et nous marcherons pour le chemin du retour soit 6h d’excursion.
La journée de demain étant déjà prête. Nous nous rendons à Nelson, la ville la plus proche afin de prendre une douche car oui au bout de 2 jours sans douche ça commence à sentir un peu le fenek dans le van.
2$ la douche par personne et illimitée ! Cool !
Un coin jeu pour les enfants. Jules s’éclate et profite de la profusion de jouets.
Au moment de partir gros chagrin pour Jules qui voudrait bien repartir avec tous les jouets. Du coup la dame de l’accueil retourne dans la salle de jeux et revient avec une voiture et lui offre généreusement. Chagrin terminé et sourire retrouvé.
Nous nous baladons dans Nelson, ville sans charme particulier, puis le long de la rivière, beaucoup plus joli, calme et bucolique. Ensuite comme souvent durant notre séjour kiwi, nous cherchons un Mac Do pour profiter de la connexion wifi gratuite sur leurs parkings.

Comme on adore notre camping. On y retourne pour profiter un peu de ce lieu apaisant.

Le grand jour est arrivé : Abel Tasman ! Ce parc nous fait rêver, tout le monde cite cette étape lorsque l’on demande les lieux préférés et incontournables. Une succession de baies splendides, si préservées, si sauvages et loin de toute pollution.
Premier bateau super rapide pourJules, les expressions sur son visage étaient à mourir de rire, entre joie, peur et extase. Un pur moment.

Nous naviguons sur des eaux turquoises, voyons de jolies falaises, des phoques venus se reposer sur des rochers affleurants.
Puis le conducteur accélère encore afin de s’approcher d’éclaboussures et de gerbes d’eaux repérées au loin : Des dauphins !


Ils viennent juste à côté du bateau, s’amusent dans notre sillage sautent dans tous les sens, s’amusent visiblement de notre venue, on ne sait plus où regarder et on en oublie de les photographier tellement nous sommes happés par ce spectacle. Avant qu’ils décident finalement de s’éloigner, j’arrive à prendre quelques clichés pour immortaliser cette rencontre imprévue et émouvante. Un grand moment !
Le bateau reprend sa route et s’échoue sur le sable, volontairement je vous rassure. Nous posons les pieds sur la plage paradisiaque de Torrent Bay ! On se croirait aux Caraïbes, la végétation, les couleurs surréalistes, mais pas la chaleur de l’eau. Car même si le soleil est présent et nous réchauffe, l’eau, elle, reste à cette époque glacée.
Nous sommes juste assez courageux pour tremper nos pieds.
Nous commençons notre randonnée par la plus belle partie : Torrent Bay direction Anchorage à marée haute. Il est possible de traverser Torrent Bay à marée basse et du coup de raccourcir la randonnée d’1h30 mais on nous a conseillé de choisir l’autre option, plus fatigante mais plus photogénique. Nous sommes heureux d’avoir suivi ces conseils, car au fur et mesure de notre avancée à travers une véritable jungle de fougère, nous restons sans voie (et c’est pas rien pour nous !) devant la beauté des criques qui s’offrent à nous. Le sentier est très bien balisé mais la randonnée n’est pas facile, surtout avec un soleil de plus en plus mordant ! Les couleurs sont merveilleuses.

Torrent Bay

On passe du bleu turquoise au vert émeraude, du bleu glacial aux reflets aurifères…La magie est partout.


On ne s’attendait pas du tout à trouver cela en Nouvelle Zélande.
On prend notre temps pour faire notre randonnée, Jules fait la sieste sur papa.


Cela nous laisse le temps d’admirer les dizaines de fougères différentes. Elles sont sublimes. On comprend pourquoi la fougère est l’emblème national. Il y en a de partout.

 

Une végétation luxuriante, verdoyante généreuse et indomptable, tout ce qu’on aime.
Jules se réveille et a besoin de se dégourdir les pattes, pas question pour lui de rester spectateur, lui aussi il veut faire sa randonnée. Le chemin étant souvent à côté d’un précipice il fait sa découverte en donnant la main, touchant les feuilles des plantes que l’on croise et enchaînant les whaous, mama whaaa !


Nous décidons de descendre à l’une des plages de rêve qui jalonnent la ballade pour faire notre pause déjeuner.

Nous libérons Jules de ses couches et c’est les fesses à l’air qu’il part à la découverte des environs.
Après avoir engloutis nos sandwichs aux légumes, nous nous prélassons un moment sur la plage de sable fin. Nous nous baladons ensuite les pieds dans l’eau, quand Guillaume aperçoit quelque chose dans l’eau. Je regarde l’endroit qu’il pointe en sautillant de bonheur : Des dauphins, à nouveau ! On les voit sauter, faire des vrilles, s’amuser. Ils sont un peu loin mais je les observe avec mon téléobjectif.
Je suis comme une gamine devant son cadeau de Noel, je crie des « Wahouuu », des « Regardes, regardes », « c’est dingue, ah la la il y en a plein de partout ! Jules Jules regardes, tu les vois les gros poissons qui sautent ? » Je suis en transe devant ce spectacle.

Jules ne regarde pas les gros poissons mais sa maman émerveillée, les larmes aux yeux et le sourire jusqu’aux oreilles. Il me regarde sourit et rigole, amusé j’imagine…
Ce matin, on nous levant nous savions que nous allions faire un joli tour de bateau et une belle randonnée mais cette journée aura été bien au dessus de toutes attentes.
Une des expériences les plus magiques et émouvantes pour moi (avec les baleines au Canada).
Nous reprenons ensuite notre randonnée toujours entourés de beauté. On longe la cote sur les falaises, on grimpe, on descend, on tourne…
La dernière heure est difficile. Nous ne sentons plus nos jambes, nous avons chaud, soif et vraiment envie d’arriver.


Ce fut notre première randonnée de 6 heures avec Jules et même si ce n’était pas facile, elle valait largement le coup de se dépasser un peu.


Crevés et dégoulinants de sueurs, nous décidons de prendre un camping payant pas très éloigné de l’arrivée, dans une vallée au milieu des moutons pour se requinquer et prendre une bonne douche chaude.

Après une bonne nuit de repos, nous partons pour la Golden Bay un habitant de Nelson nous a fortement conseillé d’y aller alors on pousse notre van jusqu’au nord ouest de l’île.

Difficile pour la Golden Bay de passer après l’incroyable parc Abel Tasman.
Nous faisons toute la côte, on s’arrête pour des marches les pieds dans le sable, c’est joli mais pas autant que la veille. (On devient difficile quand on côtoie l’extraordinaire !)

Nous décidons d’aller voir les eaux sacrées de Pupu Spring.

Une jolie petite balade de max 30 minutes, très adaptée pour les petits bouts qui sont aussi hallucinés que nous par la couleur de l’eau tout droit tirée d’Avatar : Magique !

De quoi enthousiasmer petits et grands.

Il est interdit de nager dans ses eaux sacrées bien sûr.

Après cette pause réjouissante, nous allons jusqu’au bout de la route pour rejoindre la Parc d’Abel Tasman, par l’autre entrée. Manque de bol la route n’est pas praticable avec notre van de location. Il nous est interdit d’emprunter les routes non goudronnées…Et là du goudron y’en a pas ! Que des cailloux, de la poussière et une montée infernale. Après le début d’une tentative, on se ravise. Pas la peine de prendre le risque !

Au retour, nous nous arrêtons sur la plage de Tata (Tata Beach) pour permettre à Jules de se défouler, de s’amuser, et nous de même !

Jules notre globe-trotteur qui n’a peur de rien!

Guillaume me lance alors : « On retourne à Motueka pour la nuit, demain on se refait Abel « , oooh oui !
On choisit cette fois un camping gratuit situé non loin du port. Le site n’est pas mémorable, mais il y’a quand même un espace de pelouse sympa qui nous permet de jouer avec Jules et de diner ensuite un excellent risotto crémeux à souhait aux asperges et champignons. (Accompagné d’un pinot gris, vin blanc aromatique de Marlborough NZ, le Summer house, une tuerie !)

On retourne donc à pieds dans le parc d’Abel Tasman afin d’aller découvrir les premières baies accessibles depuis Marahau, celles que nous n’avions pas faites car trop épuisés. Les plages sont idylliques, la vue imprenables sur les îles végétales en face. Une journée de rêve, une de plus !

Notre plage pour la pause déjeuner.

Nous avons donc séjourné quatre nuits au nord, car ça valait vraiment le coup ! Nous n’avons d’ailleurs pas fait tout ce que le coin peut offrir. La balade en kayak notamment doit être mémorable ! Ce parc est définitivement un gros gros coup de coeur pour nous. On recommande !

Les premières de Jules :

  • Première croisière rapide
  • Premiers dauphins sauteurs
  • Première rando aussi longue

Nos coups de coeur :

  • ABEL TASMAN !!! Dans son intégralité !
  • Le vin blanc des Marlborough Sound
  • Les routes si étonnantes, pas toujours faciles mais tellement émerveillantes !
  • Jules qui nous a encore blasé par son aisance à s’intégrer, sa facilité à s’adapter et son courage devant l’exercice !

Côté budget :

– Camping :

  • Gratuit entre Murchison et Nelson
  • Gratuit à Motueka (pas de vue) : Motueka Beach
  • 10 $ pour nous trois à Motueka vue sur la mer de Tasman : Kina Recreation (avec Wc) – NOTRE COUP DE COEUR !
  • 24 $ camping à la ferme avec douche et wc : Marble Hills Resort

– Nourriture :

  • Courses : souvent 100 $ pour 3 à 5 jours
  • Vin local : à partir de 6 $ et commence à être à notre goût vers 14 $
  • Pizza : 10 $ pour 2 pizzas

– Bateau :

  • Marahau – Torrent Bay : 37 $ par personne (gratuit pour Jules)

– Essence :

  • un poste qui pique vraiment : env.175 $ pour Kaikoura – Motueka

Bons plans et infos :

  • Le camping à Motueka au bord de l’eau : 5$/pers
  • Les pizzas à 5$ chez Pizza Hut et Domino’s
  • Poser sa voiture à Marahau et arpenter à pied le parc d’Abel Tasman (gratuit), ou l’aller en bateau et retour à pied
  • Pupu Spring : gratuit

Retrouvez toutes les photos sur Facebook : @lemondeselonjules

A venir : Pancake Rocks et les Glaciers Fox et Franz Josef

 

LeMondeselonJules

Tour du Monde en famille avec notre fils Jules de 20 mois. Un voyage pour s'émerveiller et grandir ensemble autour du monde.

2 pensées sur “Notre énorme COUP de COEUR : Abel Tasman et Golden Bay

  • 22 décembre 2017 à 12 h 24 min
    Permalink

    Les photos sont très chouettes…pour les amoureux de la Nature, c’est le paradis ici !
    Le fait qu’il y ait peu de touristes donne encore plus de charme à cette destination !!

    Répondre
    • 22 janvier 2018 à 4 h 25 min
      Permalink

      Oui la Nouvelle Zélande est clairement un paradis pour les amoureux de la nature. Et il y a encore des endroits dans l’île du sud avec peu de touristes.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *