Stress, frayeurs et sueurs froides

Je profite de cette vue magnifique et inspirante pour écrire nos premières lignes sur la Nouvelle Zélande.
La belle s’est faite désirer et la veille du départ nous avons bien cru devoir tout annuler.

Le voyage c’est beau, c’est sympa, on voit des paysages de folie et on vit des aventures palpitantes. Mais le voyage c’est aussi beaucoup de préparation, une remise à zéro chaque jour, trouver un lieu adequate où dormir, s’occuper du quotidien si facile à la maison et bien plus compliqué lorsque l’on est nomade : Les courses économes, les lessives fréquemment faites à la main, le séchage pas évident, les sacs à faire et défaire, les repas à préparer et la vaisselle. On s’occupe un peu de nous, mais aussi beaucoup de Jules, qui se débrouille très très bien mais qui n’est pas encore autonome (surtout pour les couches), on l’occupe, le distraie, le cajole et parfois le console. Puis dans cette même journée, il nous faut également échafauder les plans de visite et de trajet, de marche ou de véhicule, en fonction des humeurs de bébé…Mais cette journée sert aussi à anticiper et préparer le lendemain, du mieux que l’on peut. Car il y a toujours des surprises et par là je veux dire pas toujours toutes agréables :

Je vous disais plus haut, que nous avions faillit annuler notre départ pour la Nouvelle Zélande, et bien je ne mentais pas :
En faisant nos bagages, je demande à Guillaume naïvement, plutôt confiante de sa réponse :  » Tu sais où sont nos passeports ?  »
« Ah non je ne les ai pas vu depuis notre dernier vol intérieur. » me confie-t-il.
Le stress monte car je viens déjà de vérifier les quelques endroits où nous avions l’habitude de les mettre et rien, pas de papier !
D’un coup je dis à Guillaume :  » J’espère qu’on ne les a pas laissés dans l’avion ?!  »
Et là il se décompose. Je vois bien à sa tête que cela est malheureusement possible.
En panique nous vidons nos sacs joliment et tout juste rangés, fouillons chaque poche, puis chaque tiroir de la chambre ou nous séjournons, une fois, deux fois, le stress monte, la panique approche, encore une futile tentative dans une autre poche et les recoins les plus improbables… et là, il faut se rendre à l’évidence, nous avons perdu nos passeports ! Le vrai cauchemar !

Quelques heures avant notre vol pour la Nouvelle Zélande nos cerveaux sont en ébullition et on s’arrache les cheveux pour trouver une solution. Surtout réfléchir, ne pas céder à la panique…
On décide d’appeler Hawaiian Airlines car maintenant Guillaume se voit les mettre dans la poche du siège de devant dans l’avion et probablement ne  pas les récupérer. Il s’en veut ! Se maudit ! « Ils peuvent être n’importe où maintenant  »
Après plusieurs appels, des explications et une longue attente, le miracle se produit quand l’hôtesse de l’aéroport de la ville préposée aux bagages nous répond :  » Oui j’ai un passeport ici » début de joie dans le coeur  » au nom de Francis » Quoi ? Non !  » Oh sorry, c’est un passeport suisse au nom de francis, je me suis trompée  » Là, grosse déception, de quelques secondes heureusement car elle ajoute j’ai bien des passeports français, redite moi vos noms complets please…OK, Oui j’ai les trois dans la main en ce moment !  »
Envie de rire, de pleurer, de crier ! Le soulagement ultime ! L’histoire peut continuer. Quelle chance !
Un petit coup de Fleurs de Bach pour faire redescendre tout ça et hop au lit car dans 4h on se lève pour prendre l’avion.
Nous décidons donc de partir plus tôt et récupérons nos sésames sans problème ! Ouf ! MERCI Hawaian Airlines !!!

Notre vol de 10h30 Honolulu – Sydney avec Jules sur les genoux se passent vraiment super bien. C’est long mais Jules est sage.
Nous arrivons à Sydney, vraiment fatigués. Après une pause nous allons nous renseigner pour savoir où récupérer nos billets pour Christchurch.
On nous informe qu’on les aura juste avant de prendre notre second vol.
40 min avant celui-ci nous voyons une hôtesse au comptoir et lui expliquons notre cas. Elle nous demande combien de temps nous allons rester sur place, puis où nous allons après et si nous avons nos billets d’avion pour sortir du pays. On explique que non car nous les achetons au fur et à mesure et que nous n’avions pas vu cette clause pour rentrer en NZ.
Elle nous explique (plutôt violemment ) que ce n’est pas possible d’embarquer dans ces conditions et nous oblige donc quelques minutes avant notre vol à prendre un billet de sortie…et attention par pour l’Australie !!!
En gros « partout mais pas chez nous !  » Délirant !
15 min avant le départ, tous les trois fatigués et stressés nous nous retrouvons à chercher le billet le moins cher possible pour la période de Noël. C’est à dire essayer de trouver un bon plan en quelques minutes pour la très très haute saison des compagnies aériennes…un casse tête !!! Compliqué et effrayant car nous nous retrouvons dans une situation digne du film « le Terminal  » avec Tom Hanks, obligés de rester dormir dans l’aéroport car impossible de sortir sur le territoire australien et impossible d’embarquer pour la Nouvelle Zélande. De plus on va perdre nos billets d’avions et aussi perdre notre location de van à l’arrivée…Le stress se transforme en grosse panique lorsque l’hôtesse revient nous informer qu’ils ont débarqué nos bagages des soutes, qu’il nous reste deux minutes pour lui présenter une réservation pour un pays qui ne requiert pas de visa d’entrée, sinon c’est fini, on est définitivement rayés de la liste des passagers.
Elle reste derrière nous jusqu’à la dernière seconde avec son talkie à la main, pour donner l’ordre au personnel en attente sur le tarmac.
Je clique pour des billets pour la Nouvelle Calédonie, car français et donc pas besoin de visa. Vraiment à la dernière seconde, Guillaume me l’a avoué plus tard puisqu’il écoutait tout se qu’elle disait au talkie walkie…Nous sommes passés très très prêt !
Et finalement nous embarquons. Dégoûtés et fatigués des dernières montagnes russes émotionnelles. Plus le décalage horaire, les nombreuses heures de voyages et la peur de voir tout s’effondrer…
Nous nous écroulons dans l’avion.

Tout se termine bien donc et nous sommes heureux d’avoir trouvé une solution à chaque problème. Ces évènements nous amèneront quelques jours plus tard à de longues discussions et des décisions sur notre façon de continuer notre voyage et gérer notre temps et nos priorités. Nous sommes persuadés qu’il y a toujours une leçon à tirer de ce genre d’expériences. Des galères, des événements inattendus nous en vivrons d’autres, on ne peut pas tout prévoir ni tout voir. Mais il est désormais important pour nous de profiter à fond de chaque moment, quite à louper une belle photo, mettre plus de temps à écrire un article et alimenter les réseaux. Nous ne voulons pas passer à côté de l’essentiel, vivre le moment présent ! Se délecter de chaque nouveauté. Le voyage c’est ça, enfin notre voyage c’est ça, avancer ensemble en regardant dans la même direction, profiter et vivre au mieux ce que l’on peut et ne pas regretter un seul instant. La vie est merveilleuse ! Les journées sont intenses, les nuits sont courtes mais l’aventure est belle, remplie de splendides instants qui façonnent d’ores et déjà d’incroyables souvenirs qui solidifient à jamais notre rêve.

 

LeMondeselonJules

Tour du Monde en famille avec notre fils Jules de 20 mois. Un voyage pour s'émerveiller et grandir ensemble autour du monde.

12 pensées sur “Stress, frayeurs et sueurs froides

  • 7 décembre 2017 à 9 h 02 min
    Permalink

    Et bien!!!! Que d’aventure!!!! C’est palpitant de vous lire que de suspens!!!! J’espère pour vous que ça va se calmer et que vous allez de nouveau pouvoir profitez pleinement….. Continuez bien et encore merci de nous faire partager 😊

    Répondre
    • 17 décembre 2017 à 3 h 07 min
      Permalink

      Coucou Bernadette, quel bonheur de te lire! J’espère que toute la famille va bien et que vous passez de bonnes fêtes. Oui de sacrés aventures qui ont mis nos nerfs à rudes épreuves et qui nous font bien sourire maintenant. C’est aussi ça le voyage! Depuis nous avons profité pleinement de notre périple en Nouvelle-Zélande. 4 semaines en van tous les trois, c’était juste parfait ! après 10 jours en voiture et air bnb dans le nord, on adore aussi et on rencontre plus de personnes. Deux modes de voyage différents. Je vous souhaite de joyeuses fêtes à tous. bisous

      Répondre
  • 7 décembre 2017 à 20 h 24 min
    Permalink

    Trop contente que l’histoire se finisse bien et que les passeports soient revenue à bon port pour voyager encore et encore.
    Je vous souhaite le meilleur et Jules : les couches, t’inquiète ! ça dure pas toute la vie lol

    D’étoilement
    Sara

    Répondre
    • 17 décembre 2017 à 3 h 44 min
      Permalink

      Salut Sara, merci de nous suivre, ça fait plaisir ! Oui l’histoire des passeports se termine très bien, tant mieux pour notre soif de vagabondage…
      Pour les couches, on espère quelques changements…mais bon on est plutôt bien rodé à présent et Jules se laisse changer dans les lieux les plus improbables ! Alors tout va bien lol

      Répondre
  • 7 décembre 2017 à 21 h 18 min
    Permalink

    Il faut un peu de chance dans la vie, il semble que vous en ayez dans votre malheur, même si l’Australie ne porte pas la France dans son coeur depuis les essais nucléaires sous Chirac. J’aime bien le coup d’oeil pour le petit déj le matin sur le bord de l’eau. Il y a pire! Xxx (un chacun aujourd’hui).

    Répondre
    • 17 décembre 2017 à 3 h 39 min
      Permalink

      Hello there, oui tu as raison, nous avons beaucoup de chance ! Tous les pays que l’on traverse ont un temps particulièrement plaisant pour la saison, on voit des paysages de rêve, des animaux sauvages de près, on rencontre des habitants très sympa…c’est clair que les quelques mésaventures nous font plutôt sourire maintenant !
      Pleins de bisous

      Répondre
  • 7 décembre 2017 à 22 h 24 min
    Permalink

    J’ai l’impression d’être devant un écran de télé(ou même de cinéma) tellement que vos périples sont prenants!!!j’imagine bien sûr que sur le moment cela doit pas être plaisant mais j’adore tellement tout ce que vous êtes entrain de vivre…. du plus stressant au plus incroyable des moments!!
    To be continuted…😁😀😂me tarde

    Répondre
    • 17 décembre 2017 à 3 h 04 min
      Permalink

      Oh merci beaucoup Vanessa ! Nous sommes heureux d’arriver à transmettre ce que nous vivons. Oui ce genre de moments déplaisants deviennent plus tard des anecdotes croustillantes qui nous feront rire. C’est tellement enrichissant de voyager tous les trois dans des pays si différents. On vient de mettre un nouvel article en ligne. Le premier de la Nouvelle Zélande, plein d’autres à venir. des bisous (Laetitia)

      Répondre
  • 8 décembre 2017 à 15 h 21 min
    Permalink

    Bonjour Laeti,

    Des frayeurs de voyage on en a toujours… et je te rejoins l’esenftiel est ailleurs qu’ici, même si j’aime à lire votre aventure et à rêver à tracer vos yeux…

    Prenez le temps de partager, profiter, vous émerveiller… quitte à nous délaisser un peu.. de toutes manières un voyage ne se raconte pas selon moi, il se vit.

    Prenez soin l’un de l’autre, vivez à fond cette belle aventure qui ne s’achèvera que trop vite.

    Répondre
    • 17 décembre 2017 à 3 h 11 min
      Permalink

      Coucou Mélanie, C’est marrant que tu écrives cela car je prépare un petit billet sur ce sujet.
      On voit que tu es passée par là ma belle. Oui les frayeurs font partie du voyage et ses souvenirs les plus marquants. Et puis quand ça se termine bien c’est encore mieux. On a en effet délaissé un peu le blog pour vivre intensément notre rêve autour du monde. Joyeuses fêtes à toi et toute ta famille. bisous

      Répondre
  • 22 décembre 2017 à 8 h 41 min
    Permalink

    Je découvre le blog, j’ai lu ici et là. C’est vraiment sympa ce que vous faites et je me retrouve dans certains trucs. Et oui prenez du temps pour vous. Quand nous étions en Sicile, mon amoureux et moi avions pas mal de boulot, du coup nous avons trouvé une baby-sitter. Et pour la première fois en six mois de voyage, nous avons pris un café en amoureux ! C’était génial, même si au début on avait un peu mauvaise conscience.
    Alors je ne dis pas de faire pareil, mais l’important c’est soi-même, la famille et chaque personne qui l’a compose. Ce voyage il est pour vous, pas pour nous lecteurs. Profitez bien !
    PS : moi j’ai laissé les passeports/téléphone/argent dans la pochette du siège d’un bus, en Grèce.

    Répondre
    • 22 janvier 2018 à 4 h 22 min
      Permalink

      Nous espérons avoir l’occasion de le laisser une soirée dans le voyage. Si le moment se présente. En Asie, ils sont géniaux avec les enfants et en ce moment à Hoi An, nous avons même trouvé un resto où la serveuse donne à manger à notre petit Jules pour que nous profitions du repas.
      Ouah j’imagine le stress pour les passeports, téléphone et argent.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *